J’ai testé… 1 MOIS SANS SUCRE (et sans chocolat) !

Il y a un mois, je partageais avec vous sur Instagram ma décision de tester un mois SANS SUCRE.

J’ai reçu de nombreux messages tout au long de ces 4 semaines pour savoir les raisons de cette décision, ce que j’avais vraiment supprimé de mon alimentation durant ce mois et surtout si j’avais craqué ou si j’avais réussi à m’y tenir…

Aujourd’hui, après un mois, je partage avec vous mon expérience en toute transparence à travers les différentes questions que l’on a pu me poser.

1. Pourquoi as-tu décidé de ne plus manger de sucre ? Est-ce une décision définitive ? Est-ce un choix de ta part ?

Je crois que ce sont définitivement les questions les plus fréquentes mais surtout les plus importantes. Il est essentiel de comprendre le pourquoi du comment.

Je ne partage pas souvent ma vie privée sur les réseaux sociaux, mais certains savent que j’ai eu de gros problèmes de santé il y a quelques années. Les médecins m’ont alors interdit le GLUTEN et le LACTOSE. Je me suis ainsi tournée vers une alimentation PALEO il y a 3 ans. Je dois d’ailleurs vous faire un article à ce sujet. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’une alimentation basée, comme son nom l’indique, sur ce que mangeaient nos ancêtres durant l’ère paléolithique. J’ai supprimé de mon alimentation les céréales et pseudo-céréales (et donc le gluten et ses dérivés), les produits laitiers et le sucre raffiné, entre autres. J’ai à l’époque perdu beaucoup de poids, plus de 25 kilos en 1 an.

[Attention, mon alimentation PALEO a beaucoup contribué à cette perte de poids, mais ce n’est pas un régime miracle, on peut aussi prendre du poids en le maîtrisant dans l’autre sens. Ma maladie, mon opération, la rééducation et mon divorce ont largement eu leur part à jouer dans cette perte de poids.]

Depuis 3 ans, je ne consomme plus que du sucre complet, du sucre de coco ou du sirop d’érable. Je consomme également beaucoup de fruits et du chocolat noir, à plus de 70% minimum. Et pourtant… j’ai pris la décision de les supprimer pendant un mois de mon alimentation. Qu’on se le dise, il s’agit bien d’une expérience sur 1 mois. Rien n’est définitif. La « chocoholique » que je suis ne conçoit pas sa vie sans chocolat.

Personne ni aucun médecin ne m’a incité ce coup-ci à le faire, et je crois que c’est pour cette raison que cette expérience a aussi bien fonctionné. J’avais déjà lu des dizaines d’articles sur le sujet, lu beaucoup de livres sur les méfaits des glucides, mais j’avais toujours pensé que ce n’était pas quelque chose pour moi et surtout impossible à tenir sur la durée.

Confinement(s), boulot de dingue, arrêt du sport, problèmes persos… j’ai pris parfois un peu le large sur mon alimentation stricte, réintroduit des aliments que je n’avais plus l’habitude de consommer comme les flocons d’avoine (même sans gluten), les pois-chiches, les pomme de terre, parfois même les produits laitiers et le gluten… (pour ma défense monsieur le juge, j’ai des clients qui font de trop bonnes pâtisseries et recettes) et le verdict est sans appel… je suis retombée malade. Et je pouvais m’en prendre qu’à moi-même.

Et comme le sucre appelle le sucre… c’est bien connu… j’ai commencé à manger un carreau de chocolat le soir devant Netflix… puis 2…. puis … ! Vous vous reconnaissez là-dedans ? Dites-moi que je ne suis pas la seule à tomber une demie tablette de chocolat devant un film ! Bon, parfois, j’arrivais à limiter la casse et à ne pas en manger de plusieurs jours ou à être très raisonnable avec un carré ou deux… Et un soir, c’est le drame. Je tombe la tablette entière (une toute petite de 100 g, promis juré). Ce soir-là, j’ai culpabilisé à mort, j’étais malade comme un chien le lendemain, et je me suis vraiment dit qu’il fallait que j’arrête mes conneries.

Nous étions le dimanche 30 mai.

Le lundi matin, j’attaquais mon mois sans sucre.

2. Quels aliments as-tu supprimé ? As-tu mangé des fruits ?

Si vous avez tenu jusque-là, vous savez que je consommais du sucre non raffiné, des fruits et du chocolat. J’ai supprimé le sucre non raffiné et le chocolat mais j’ai gardé volontairement une portion (ou parfois 2) de fruits par jour. Je savais parfaitement que je ne tiendrai pas sans fruits, surtout quand c’est la pleine saison des fraises, des cerises, des abricots et des framboises. Et c’est ce qui m’a sauvé !

Certains d’entre vous m’ont demandé si je consommais des céréales et de la farine : NON ! Durant ce mois sans sucre, j’ai suivi mon alimentation sans gluten et sans lactose. Il m’est arrivé de consommer du riz ou du quinoa par exemple, mais je n’ai consommé aucun gâteau, granola… à base de flocons d’avoine, de farine sans gluten etc.

Vous m’avez aussi demandé si je consommais du faux sucre (aspartame et ses dérivés) et la réponse est NON ! Je n’en consommais que très rarement auparavant.  

Le sucre se cache aussi dans de nombreux autres aliments comme l’alcool ou les aliments industriels. Pour ma part, je ne consomme rien d’industriel ni aucun produit transformé. En revanche, j’ai dû me faire violence pour ne pas boire de vin ou de mojitos.

3. Est-ce que tu as craqué ou fais des écarts ? Quel est le bilan de ton mois sans sucre ?

PRATIQUEMENT AUCUN ECART !

Aucun morceau de chocolat, même pas sous forme de cacao cru non sucré (je voulais vraiment me sevrer). Et je crois que c’est ce dont je suis le plus fière car je n’ai pas craqué une seule fois. La première semaine de sevrage était difficile, surtout le soir. Professionnellement parlant, le travail était intense en journée et je ne ressentais pas la faim ou le manque de sucre, mais le soir, je me sentais fatiguée et il fallait que je mange quelque chose, même si je n’avais pas faim. Plus les jours passaient, moins j’avais envie de manger sucré. Cela n’était même plus une contrainte les quinze derniers jours. Mon corps et mon esprit se sont vraiment sevrés.

Durant ce mois sans sucre, il m’est arrivé de boire un ou deux sodas « ZERO » en terrasse ou chez des amis, de manger un chewing-gum. Pas plus.

Quand je craquais certains soirs devant la télé ou devant mes retouches photos, je prenais en général une poignée d’oléagineux (amandes, noisettes, noix de cajou, pistaches…) ou parfois un fruit.

Quelques jours avant la fin de mon mois sans sucre, j’ai été invitée à dîner. Je devais porter le dessert. Je suis allée acheter des gâteaux dans ma meilleure pâtisserie du coin. J’en ai acheté un sans gluten et sans lactose pour moi en me disant que je pouvais craquer dessus. Arrivé le moment du dessert, j’ai goûté une cuillère. Je n’ai pas pu la mâcher ou l’avaler tant je ne supportais pas la teneur en sucre.

Et là j’ai compris….

J’ai compris que je n’avais plus besoin de manger tout ce chocolat pour « compenser ».

J’ai compris que j’étais désormais capable de me contrôler et de réussir.

J’ai compris que j’avais réussi ma cure de desintox.

***

Vous l’aurez donc compris vous aussi, le bilan est donc TRES POSITIF et dépasse même toutes mes espérances.

Cerise sur le gâteau… j’ai perdu 4,8 KILOS durant mon mois SANS SUCRE en mangeant normalement sans privation aucune, sans sensation de faim.

Niveau santé, aucune douleur en un mois, plus aucun médicament ni traitement. Cela n’est très certainement pas lié à l’absence de sucre mais juste à la reprise d’une bonne alimentation et d’une bonne hygiène de vie. Mon ventre a également dégonflé et ma peau est beaucoup plus nette. Soyons honnêtes, j’ai mangé de dont j’avais envie, mais je ne me suis pas enfilée des frites, des chips ou autre. J’ai mangé sainement, beaucoup de salades et beaucoup moins gras.

Petit bémol cependant, je finis mon mois sans sucre épuisée, vraiment EPUISEE. Je ne sais pas si cela est lié au taux de glycémie, au manque important de sommeil, à mon rythme effréné de travail ou aux trois mélangés. Je vais essayer de me ménager quelques jours car deux mois intensifs de travail m’attendent cet été.

Pour fêter mon mois sans sucre, j’ai fait des cookies paléo aujourd’hui, avec du chocolat, of course. Croyez-le ou non, les cookies auraient été meilleurs sans chocolat, alors que j’étais la première à dire que des cookies sans chocolat ce ne sont pas vraiment des cookies. J’en étais même écœurée.

Je réintroduirai petit à petit le sucre non raffiné et le chocolat dans mon alimentation, mais à petite dose et surtout en écoutant mes envies et mes besoins. A l’instant T, je ne me vois plus craquer sur une tablette de chocolat ni m’enfiler 3 ou 4 cookies d’affilée.

On en reparle dans 1 mois…

***

J’espère que ce petit retour vous aura un peu éclairé, mon but n’étant absolument pas de vous inciter à arrêter le sucre, mais de vous partager mon expérience.

Aujourd’hui je repense à Hippocrate et à tous les livres que j’ai pu lire ces dernières années sur l’alimentation paléo, sans gluten, sans sucre… « L’alimentation est ta première médecine. ». Ah non mince ! Il parait que c’est faux et qu’il n’a jamais dit ça.

Quoi qu’il en soit, n’oubliez jamais que beaucoup de choses ne sont pas irréversibles dans la vie, que l’alimentation est la clé de beaucoup de portes, et surtout que RIEN N’EST IMPOSSIBLE si l’on y croit et que l’on s’en donne les moyens. Il n’est jamais trop tard pour décrocher les étoiles.

Prenez soin de vous,

Aurore

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s